à

À 10 ans, elle se préoccupait déjà de tout ce qu’elle mettait dans sa bouche, c’est inhumain, n’est-ce pas ?

Cette semaine, je bouclais une démarche de coaching avec une cliente qui m’avait avoué, lors de nos premières rencontres, avoir vécu la galère des régimes pendant plus de 23 ans.

Aujourd’hui âgée de 33 ans ( le calcul est facile à faire… ), Julie était encore une enfant quand elle a commencé à se préoccuper de tout ce qu’elle avalait dans une journée.

Alors qu’elle aurait dû passer la majorité de son temps à jouer, elle jugeait son corps sans relâche et se trouvait moche !

À 10 ans, elle se préoccupait déjà de tout ce qu’elle mettait dans sa bouche… C’est inhumain, n’est-ce pas ?

Et tout ça, pour tenter de ressembler aux corps parfaits qu’elle voyait dans les magazines et sur les réseaux sociaux. Ça peut sembler absurde, mais j’ai aussi connu cette galère, cette guerre sans fin à laquelle il est IMPOSSIBLE de gagner.

Cette façon de faire ne permet pas de perdre des kilos mais plutôt, perdre sa vie…

Au début de nos rencontres, Julie me confiait avoir fait semblant d’avoir mal au ventre, pour ne pas manger de gâteau aux anniversaires de ses amies. Parfois, elle simulait même un mal de ventre avant la fête, pour être certaine de rester à la maison et ne pas être tentée par les friandises qui seraient offertes à la fête…

Déjà à 10 ans, Julie s’empêchait de savourer la vie comme elle aurait dû le faire à son âge. L’innocence de la jeunesse qui permet de vivre dans le moment présent, sans se préoccuper du lendemain, ou même de l’heure qui suit.

Par le contrôle de son alimentation, son désir était simple : elle souhaitait maigrir pour ressembler aux mannequins… Qui en réalité, n’existent pas !!

 Cependant, son désir était plus profond.

En surface, c’était le « corps parfait » qu’elle souhaitait, mais inconsciemment, c’est plutôt ce « qu’elle croyait que le corps parfait lui apporterait » qui l’animait, on est d’accord ?

Au final, la petite Julie souhaitait simplement :

  • Se trouver belle… Elle l’était déjà mais ne le voyait pas
  • Être aimable… Elle avait plusieurs qualités qui la rendaient très aimable
  • Se sentir importante… Elle était aussi importante que quiconque autour d’elle

Bordel, pardonnez-moi ce gros mot mais, est-ce qu’on va voir le jour où on va transmettre aux jeunes filles « et garçons » qu’ils sont magnifiques, extraordinaires et remplis de potentiels ?

ON fait un pacte ensemble cette semaine ?

On porte une attention particulière aux jeunes filles qui nous entourent pour faire notre différence !

Vous connaissez mon principe : chaque petite action peut faire une grande différence en bout de ligne ?

Voici quelques suggestions :

  • Arrêtons de complimenter les jeunes filles sur leur corps, du genre : « tu as l’air mince dans ce vêtement », « ta taille est en train de se dessiner », « on dirait que tu allonges dernièrement », « ça te fait bien, as-tu maigri ? ».
  • Arrêtons de passer des remarques concernant leur corps, du genre : « arrête la crème glacée, tu vas être grosse comme XY », « tu commences à avoir des bonnes fesses, fais attention », « rentre ton ventre, tu as l’air d’une grosse toutoune », etc…
  • Donnons-leur plutôt des compliments concernant leur énergie, leur attitude positive, leur bienveillance, leur générosité, leur talent, etc…
  • Démontrons notre amour inconditionnel envers elles
  • Échangeons sur le fait que la majorité des photos sur les réseaux sociaux sont retouchées.
  • Arrêtons de commenter négativement notre corps en présence de nos enfants. En fait, ne plus jamais critiquer négativement notre corps, même dans le silence. C’est à nous aussi que nous allons faire du bien!

On en fait un engagement solennel ?

 Ensemble, nous pouvons faire la différence pour que les prochaines générations n’aient pas le même combat que nous avec la nourriture et/ou leur corps.

 Apportons notre contribution !!

 Je suis si fière de notre belle famille! Continuons de créer ce mouvement puissant

« À son Poids Bonheur sans régime »

J’en profite pour vous souhaiter une magnifique journée !

Nathalie, Votre Coach Bonheur

 

11 réflexions sur “À 10 ans, elle se préoccupait déjà de tout ce qu’elle mettait dans sa bouche, c’est inhumain, n’est-ce pas ?”

  1. Ma maman nous donnais de l’amour du bonheur par la nourriture , notre gâteau préféré , des friandises , aujourd’hui je fais beaucoup plus attention a ce que je mange , mais enlever le sucre est encore difficile pour moi , un pas a la fois car je ne veux plus de régime dans ma vie .

  2. Denise Larin

    C’est tellement vrai. Changeons notre vocabulaire, notre Mindset et nos conversations avec nous-même que je me répétais. Ça m’a pris pratiquement 30 ans avant de me sortir des griffes du focus de la nourriture. Je pensais continuellement à la nourriture. Tes enseignements m’ont permis de vivre maintenant en légèreté et j’ai arrêté de garder mon focus sur la nourriture. Je réussis à me peser aux 3 mois et c’est tout un exploit et que j’en ressens la différence chaque jour. Merci Nathalie pour tes enseignements et trucs.👍💞😉

  3. Il ne faut pas oublier les jeunes garçons!Ça ne touche pas juste les jeunes filles! Ils faut tellement encourager nos enfants à se trouver uniques et beaux!Et surtout ne jamais les comparer!

    1. Ghislaine Decary

      Oui c est vrai pour les garçons aussi. Mais éduquer nos garçons face aux remarques qu’ ils font sur les filles… C est souvent à nous les mamans de leur faire comprendre l impact de tels propos sur le psychologique de ces filles .

  4. Quelque soit l’âge ou cette galère commence, ce sont des années de souffrance physique et psychologique. Oui, nous pouvons faire une différence avec MPB, qui nous permet un recul nécessaire avec la nourriture. Être plus alerte pour nos jeunes pour un meilleur avenir.!!!!

  5. Oui dans le temps on voulait toutes ressembler a des mannequins….On était très belles mais on ne nous valorisait pas. Sans blâmer qui que ce soit…..Je ne me souviens pas de mes comportements alimentaires quand j’étais petite mais j’étais vers l’age de 14 ans assez maigre….J’ai toujours eu un poids santé mais j’ai toujours fait attention sans suivre de régimes astreignants. Mais dans le temps on bougeait on allait à l’école à pieds , on faisait de la bicyclette, et tennis….etc….Je crois que petite je voyais ma mère obèse , qui a suivi souvent des diètes et a eu 12 enfants. Peut-etre je ne voulais pas engraisser car j’ai vu ma mère malheureuse avec son surplus de poids….Aujourd’hui avec MPB j’ai retrouvé cette légèreté en m’allégeant de 30 livres depuis 1 an et je me sens beaucoup mieux pour ma santé, meilleur pression artérielle et meilleure glycémie……Je suis très heureuse de m’être prise en main car il y avait juste moi qui peut faire quelque chose pour moi……Et oui je m’engage quand je verrai cette belle jeunesse qui se compare et qui veut être une autre personne….Je vais les encourager…….

  6. Chantal Bourque

    Bonjour Nathalie ce texte est tout à fait pertinent.

    Je viens d’entendre à la radio que plusieurs ex-athlètes olympiques(nage synchronisée) dans ce cas précis; poursuivent le Comité olympique parce qu’elles sont encore aux prises avec des problèmes de santé mentale et physique suite aux exigences qu’elles subissaient face à leur poids et à leur apparence.
    Ces femmes ont été humiliées.
    Il faut s’occuper de la jeunesse grandissante!
    Tu as tout à fait raison Nathalie. Moi j’en parle avec mes amies et certains membres de ma famille que j’ai le bonheur de voir plus souvent.
    Particulièrement nos enfants et moi discutons alimentation, échangeons des recettes et découvertes.
    Les anniversaires , les fêtes sont la plupart du temps soulignés autour d’une belle table bien dressée. C’est accueillant et ça donne le goût de bien s’alimenter. Par le fait même nos petits-enfants sont éveillés aux différentes saveurs des aliments.
    On se rend compte comme c’est agréable de recevoir des enfants qui sont prêts à goûter à de plats nouveaux.
    La famille revêt un grande importance pour nous.
    Moi qui fait partie de MPB; j’ai et je travaille encore fort pour être bien dans ma peau. C’est ce contact avec cette grande famille MPB qui me permet de continuer.
    C’est grâce au Soutien de la Fondatrice MPB NathalieTremblay et son Équipe d’une part.
    Grâce aux accompagnements ,enseignements et programmes de Nathalie créés de ses expériences. Sa générosité est sans borne.
    Faire partie de MPB veut aussi dire avoir droit aux nombreux partages et encouragements des membres de cette famille.

    Il faut aussi souligner la participation des collaboratrices rapprochées mieux connues sous le vocable d’Ambassadrices qui apportent continuellement leur soutien.

    Ma garde rapprochée, mon conjoint et mes enfants ont vu les changements apportés à ma vie. La confiance, la fierté le bonheur me cotoyent au quotidien.

  7. Jacinthe Maisonneuve

    Quelle affaire…moi je me revois à cet âge ou j’étais rondelette et que mes tantes ou amies de ma mère
    me disaient tout le temps que je ressemblais de plus en plus à ma mère qui, elle aussi avait un corps plus enveloppé… je n’ai entendu que cela…des remarques désobligeantes, à l’école, ou dans les partys ,je me privais pour passer inaperçue… afin de ne pas attirée l’attention…je mangeais à la cachette… avec MPB j’ai appris à M’AIMER avec tout ce que je suis, mes imperfections, mes moumou… le corps n’est qu’ une enveloppe
    l’important est à l’intérieur, faisons part de cette vérité à nos filles et petites-filles…

  8. Tout à fait d’accord avec Nathalie !
    Pensons à notre jeunesse.
    Dimanche dernier, j’ai eu la chance de voir ma petite fille de 13 ans pour fêter un anniversaire.
    Elle se porte bien, est sportive, se nourrit sainement -ses parents sont attentifs à cela-, et pourtant une phrase a surgi de la conversation : elle se trouve trop petite par rapport à se camarades de classes qui sont toutes plus grandes qu’elle !
    Quelle importance, chacun grandit à sa façon, mais ce qui lui faisait le plus : c’étaient ses camarades de classe qui lui disaient qu’elle était petite !!!
    Malgré nos propos, je sens qu’elle est déjà marquée par ces dires….
    Nous restons très vigilants !

  9. Priscille Dussault

    Bonjour Nathalie,
    Je suis d’accord il faut le faire pour nos filles, petites filles, les garçons, les petits garçons et pour les générations à venir.
    Je connais personnellement un psychiatre et il dit ça aussi qu’ il y a beaucoup de trouble alimentaire.
    J’ aime le commentaire de Jacinthe qui dit que le corps c’est seulement une enveloppe et que le plus important est à l’intérieur.
    J’ajouterai que c’est important de se sentir bien dans son corps pour arriver à la meilleure version de soi.
    Bonne fin de journée à toi, à tes ambassadrices à toute la belle famille de MPB.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page